Moustique : les zones à risque, en France et dans le Monde

zones à risque moustique monde

La présence du moustique et les cartes des zones à risque d'arbovirus dans le Monde et en France.

La liste noire des pays à arboviroses

Étranger : zones à risque de moustique et zones à éviter

L’OMS recommande les préventions suivantes, pour les maladies vectorielles avec vaccination ou prévention médicale disponibles.

À noter que les personnes qui se rendent dans des zones rurales où le risque d’infection palustre est faible peuvent associer un traitement de réserve d’urgence à la prévention des piqûres de moustiques.

Dans certaines zones où sévit un paludisme polypharmacorésistant la chimioprophylaxie par la méfloquine n’est plus recommandée. Il faut utiliser des antipaludiques combinés.

Il s'agit de recommandations de santé, non d'obligations sanitaires.

Liste des pays à vaccination Fièvre jaune obligatoire

Seule la Fièvre jaune, en raison de politiques internationales très fortes depuis des années, fait l’objet de programmes de lutte intensifs, avec vaccination obligatoire à l'entrée du pays, pour les visiteurs en provenance de pays endémiques de la Fièvre jaune, à partir de 9 ou 12 mois d’âge, selon le cas. (Attention, selon le cas cela peut aussi concerner les voyageurs en transit seulement.)

Avant de vous rendre dans ces pays, faites-vous vacciner, et munissez-vous d’un certificat de vaccination international en règle et conforme au modèle de l’OMS, à défaut duquel vous pourriez vous voir :

  • refuser l’entrée au pays
  • être placé en quarantaine

Si votre condition ou état de santé ne permet pas de vous vacciner (grossesse, allergies…), le personnel médical vous remettra un certificat de contre-indication que vous pourrez présenter aux autorités compétentes pour obtenir votre visa ou passer la frontière.

Afghanistan
Afrique du Sud
Algérie
Angola
Antigua et Barbuda
Arabie Saoudite
Argentine
Australie
Bahamas
Bahrein
Bangladesh
Barbade
Belize
Bénin
Bhoutan
Bolivie
Bonaire
Botswana
Brunei
Burkina Faso
Burundi
CAP VERT
Cambodge
Cameroun
Chine
Congo
Costa Rica
Côte-d’Ivoire
Curacao
Djibouti
Dominique
Egypte
Salvador
Equateur
Erythree
Ethiopie
Fidji
Gabom
Gambie
Ghana
Grenade

Guadeloupe
Guatemala
Guinée
Ginée Bissau
Guinée équatoriale
Guyana
Guyane française
Honduras
Inde
Iran
Irak
Jamaique
Jordanie
Kazakhstan
Kenya
Kirgizistan
Kiribati
Lesotho
Liberia
Lybie
Madagascar
Malaisie
Malawi
Maldives
Mali
Malte
Martinique
Maurice
Mauritanie
Mayotte
Mozambique
Myanmar
Namibie
Nauru
Népal
Niger
Nigeria
Nioué
Nouvelle-Calédonie
Oman
Ouganda

Pakistan
Paraguay
Philippines
Pitcairn
Polynésie française
République centrafricaine
Congo
Laos
Corée du Sud
Tanzanie
Réunion
Rwanda
Saint Barthelemy
Sainte Lucie
Saint Kit et Newis
Saint-Martin
Saint Vincent et les Grenadines
Îles Salomon
Samoa
São Tomé et Príncipe
Senegal
Seychelles
Sierra Leone
Singapour
Somalie
Soudan
Sri Lanka
Suriname
Swaziland
Tchad
Thailande
Timor
Togo
Trinité et Tobago
Vietnam
Wallis et Futuna
Zambie
Zimbabwe

Liste des pays avec Fièvre jaune et Paludisme

Pays

Fièvre jaune*

Paludisme

Argentine, Paraguay

  • Vaccination recommandée
  • Risque limité ou non documenté

Azerbaïdjan, Bélize, Brunei, Cap Vert, Corée du Nord, Corée du Sud, Costa Rica, Salvador, Géorgie, Kirgizistan, Mexique, Ouzbékistan, Singapour, Sri Lanka, Turquie

    • Risque limité ou non documenté

    Afghanistan, Afrique du Sud, Arabie Saoudite, Bangladesh, Bhoutan, Botswana, Comores, Djibouti, Érythrée, Inde, Iran, Madagascar, Malaisie, Malawi, Mayotte, Mozambique, Namibie, Népal, Pakistan, Papouasie Nouvelle Guinée, Philippines, Tanzanie, Rwanda, Iles Salomon, Sao Tomé et Principe, Somalie, Swaziland, Tadjikistan, Timor, Vanuatu, Vietnam, Zambie, Zimbabwe

    • Risque avéré, résistance du moustique, prévention par méfloquine

    Angola, Bénin, Brésil, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Colombie, Congo, Côte d'Ivoire, Équateur, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Guinée Équatoriale, Guyana, Guyane, Kenya, Liberia, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Ouganda, République Centrafricaine, Congo, Laos, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Surinam, Tchad, Togo

    • Vaccination recommandée
    • Risque avéré, résistance du moustique, prévention par méfloquine

    Cambodge, Myanmar, Thailande

    • Risque élevé, moustique pharmacorésistant, traitement préventif par chimioprophylaxie combineé (méfloquine inefficace) plus traitement d'urgence en réserve

    Guatemala, Honduras, Nicaragua, République Dominicaine

    • Risque modéré, prévention prophylactique seulement

    Chine, Haiti, Yemen

    • Situation sous observation : consulter le site de l'OMS 

    Bolivie, Panama, Pérou

    • Vaccination recommandée
    • Situation sous observation : consulter le site de l'OMS 

    * Pour les visiteurs en povenance de zones non endémiques. Pour les voyageurs issus de pays dans lesquels la Fièvre jaune sévit, voir la Liste des pays à vaccination obligatoire

    Pays en zone d’alerte pour les maladies émergentes (Zika, Chikungunya, méningo-encéphalites virales, etc.)

    Barbade
    Bolivie
    Cap-Vert
    Équateur
    Guadeloupe et Saint-Martin
    Guatemala
    Haïti
    Îles Samoa, Fidji et Salomon

    Mexique
    Nouvelle-Calédonie
    Panama
    Porto Rico
    République dominicaine
    Suriname
    Vanuatu
    Venezuela

    Attention : ces listes sont susceptibles de changer à tout moment. Tenez-vous informés en temps réel ici

    Se faire vacciner avant de visiter un pays de zone à risque

    Les vaccins disponibles pour les voyageurs incluent certains arbovirus. Vous pourrez vous faire vacciner soit directement auprès de votre médecin, qui tiendra compte de vos antécédents médicaux, soit dans un Centre de vaccinations internationales :
     

    • Encéphalite à tiques
    • Encéphalite japonaise
    • Fièvre jaune
    • Leptospirose 

    Une prescription médicale pourra également vous être remise pour vous procurer, en fonction de votre destination et du type de voyage, un traitement de prévention contre le paludisme (Malarone, Doxycycline et autre antipaludiques) et la liste des médicaments et équipements nécessaires (moustiquaire, répulsifs et insecticides, petit équipement d’urgence…).

    Malheureusement toutes les maladies transmises par les moustiques ou tiques ne disposent pas d’un vaccin. Il faudra dans ce cas opter pour un traitement préventif lorsque cela est possible, ou vous protéger des moustiques autrement.

    Le Centre de vaccinations Air France  est un centre médical international de santé et de vaccination, spécialement dédié aux maladies des voyageurs et maladies tropicales depuis 1948. Il propose des bilans de santé, des examens médicaux et des vaccins à tous les voyageurs désireux de suivre leur état de santé avant ou après un déplacement.

    Protection moustique : guide du voyageur fréquent pour lutter contre les moustiques

    voyage protection moustique
    • 1
      Consultez le statut épidémiologique et la politique de vaccination du pays dans lequel vous vous rendez.
    • 2
      Prenez les mesures préventives nécessaires, si possible (paludisme)
    • 3
      Adaptez votre protection individuelle : en fonction de l’âge, des conditions de santé, de la durée du séjour, du type de séjour et de la situation épidémique en cours.
    • 4
      Respectez les préconisations d’utilisations des répulsifs et insecticides que vous utiliserez.
    • 5
      Utilisez les moyens à votre disposition :
      - Aérosols d’insecticide pour une utilisation ponctuelle.
      - Insecticides à di ffusion continue pour l’intérieur (plaquettes chauffantes sur prise électrique ou sous forme liquide en diff useur électrique).
      - Les serpentins fumigènes sont réservés à l’usage extérieur et de courte durée.
      - La climatisation doit être associée à une bonne étanchéité des locaux et à l’usage d’insecticides.
      - Moustiquaire de berceau, de poussette, de fenêtres et de portes
      - Pulvérisation intradomiciliaire d’insecticides rémanents
      - Diffuseur électrique d’insecticide
      - Vêtements imprégnés
      - Répulsifs cutanés à l’extérieur
      - Lutte péridomiciliaire contre les gîtes larvaires
    • 6
      Protégez votre peau avec des vêtements amples et couvrants.

    Ne vous exposez pas inutilement !

    Cartes du moustique tigre

    Cartes des zones à risque de maladies transmises par les moustiques dans le monde

    Les arbovirus, c’est-à-dire les maladies transmises par les moustiques, dépendent du cycle de vie des moustiques, de leurs zones endémiques, de leurs déplacements, et des soins de santé accessibles sur place aux populations locales.

    Suivre leur évolution est le fruit d'une science conjuguée de l’épidémiologie et de l’entomologie.

    C’est pourquoi les cartes sont fluctuantes.

    Pour suivre en direct et en temps réel les cartes de maladies et les cartes de moustiques, plusieurs possibilités :


    Carte du virus Zika

    carte zones à risque zika moustique

    Carte de la Dengue

    carte zones à risque moustique monde

    Carte du Paludisme

    carte zones à risque Malaria Monde

    Carte du Chikungunya

    zones à risque chikungunya monde

    La présence du moustique tigre en France

    moustique tigre en France

    Les moustiques tropicaux aiment : les hivers doux, les eaux stagnantes, les pluies de printemps, l’alternance chaud/pluie, les ordures et déchets, les zones habitées, les sécheresses passagères, l’absence de batraciens et prédateurs naturels, la déforestation...

    Parmi tous ces facteurs, de quoi la France manquerait-elle pour inviter le moustique tigre à y poser ses valises ?​

    Rien. La France a tout pour plaire à Aedes Albopictus !

    Dans ces conditions, on trouve ce moustique à Lyon, on trouve ce moustique à Nice, on trouve le moustique à Nice, on trouve le moustique à Bordeaux, on trouve ce moustique à Nîmes, on le trouve aussi à Montpellier, et oui, on trouve également le moustique tigre à Nantes !

    Sur tout le territoire de l’Hexagone vivent 65 espèces de moustiques, de janvier à décembre. Toute l’année, ils sont nos voisins. Et des tiques, aussi. Citons parmi nos nouveaux voisins :

    Culiseta annulata
    Culex pipiens molestus
    Aedes geniculatus
    Aedes albopictus
    Aedes aegypti
    Anopheles claviger
    Anopheles plumbeus
    Aedes rusticus
    Culiseta morsitans
    Aedes cantans 
    Aedes annulipes
    Aedes cinereus
    Aedes sticticus 
    Aedes vexans
    Aedes cataphylla 
    Aedes pullatus
    Aedes punctor
    Anopheles maculipennis 
    Culex pipiens...

    Tous ne sont pas « dangereux » au sens viral du terme, mais les quelques espèces dangereuses sont bien décidées à partager le territoire avec nous.


    En France, en 2018, 9 nouveaux départements ont été ajoutés en statut vigilance rouge (+30 %) :
    Hauts-de-Seine (qu’on se le dise, le moustique tigre est à Paris et le moustique tigre en Île-de-France n’est pas une légende), Aisne, Hautes-Alpes, Hautes Pyrénées, Ariège, Lozère, Indre, Maine-et-Loire et Corrèze.

    Ils s’ajoutent donc aux 33 départements dans lequel le moustique tigre est déjà implanté : Val-de-Marne, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Vendée, Saône-et-Loire, Rhône, Ain, Isère, Savoie, Alpes hautes Provence, Var (le moustique tigre sur la Côte d’Azur donne lieu aux plus nombreux signalements), Alpes-Maritimes, Haute-Corse, Corse-du-Sud, Drôme, Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Ardèche, Gard, Hérault, Aveyron, Tarn, Aude, Pyrénées-Orientales, Haute-Garonne (le moustique tigre est présent à Toulouse), Tarn-et-Garonne, Lot, Dordogne, Lot-et-Garonne, Gers, Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques (il ne se cantonne pas que sur la côte sud, le moustique tigre se plaît aussi en Atlantique).

    La vigilance orange, c’est-à-dire les départements dans lesquels on a constaté la présence de moustique sans être en mesure de confirmer leur installation, concerne : Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Cher, Allier, Puy-de-Dôme, Loire, Haute-Loire, Haute-Savoie, Jura, Doubs, Côte d’Or, Yonne, Seine Saint-Denis, Seine-et-Marne, Essonne, Val-d’Oise, Oise, Paris.

    Les départements en vigilance jaune, c’est-à-dire dans lesquels on n’a pas encore intercepté de moustique tigre sont : Cantal, creuse, Haute-Vienne, Charente, Vienne, Nièvre, Loiret, Loire-Atlantique, Morbihan, Finistère, côte d’Armor, Ille-et-Vilaine, Mayenne, Sarthe, orne, Manche, Calvados, Eure, Yvelines, Seine-Maritime, Somme, Pas de Calais, Nord, Territoire de Belfort.

    La tique, dans l’Est de la France, autre fléau national des arbovirus, également très présente dans le reste du territoire.

    carte maladie de Lyme France

    Reconnaître et signaler le moustique tigre

    reconnaître le moustique tigre


    60 % des Français n’auraient pas encore le réflexe de signaler la présence du moustique tigre sur les sites de surveillance à disposition.

    Ajoutons à cela que près de 3 Français sur 5 ne savent pas reconnaître un moustique tigre.

    Tout comme la veille sanitaire est essentielle au système de Santé publique, tout citoyen français a un rôle à jouer dans la lutte anti vectorielle.


    Le moustique tigre, c’est l’affaire de tous.

    • Prenez de bonnes habitudes et supprimez tout site de nidification potentiel : videz les soucoupes , videz et retournez les pneus, seaux ou arrosoirs, nettoyez les gouttières ou canalisations bouchées, traitez les mares avec des larvicides, recouvrez les cuves de récupération des eaux de pluie, nettoyez les replis des bâches renouvelez l’eau des vases… De manière générale, surveillez la moindre cavité qui peut se remplir d’un peu d’eau sans pouvoir se vider naturellement.
    • Apprenez à identifier et reconnaître le moustiques tigre
    • Déclarez tout cas suspect aux autorités sanitaires et signalez toute prolifération inhabituelle de moustiques à votre commune ou sur internet
    • Protégez-vous et protégez vos enfants lorsque vous voyagez, et également en restant chez vous et au moindre signe inquiétant, de retour de voyage, consultez un médecin.
    question

    FAQ sur la géographie du moustique et des arbovirus


    Qu'est-ce qu'une zone endémique ?

    Une maladie  est dite « endémiques » lorsqu’elle affecte une population de manière régulière, habituelle, généralisée et non éradiquée, sur une longue période (plusieurs années), avec ou sans présence d’un plan de lutte.

    Ainsi, une « zone endémique » peut correspondre à un quartier, une ville, une province, une région, voire même tout un continent.

    Généralement lorsqu’on parle de cas de maladies importées, elles sont importées par des voyageurs ayant séjourné un temps en zone endémique, contracté là-bas une maladie, et l’ayant ramenée avec eux vers une zone non endémique.

    Avec les flux croissants de personnes et de marchandises, de nombreux virus et maladies quittent ainsi les zones endémiques, d’où ils sont originaires, pour s’entendre géographiquement.

    De même, ce ne sont pas toujours les voyageurs qui transportent les maladies, mais les moustiques eux-mêmes, qui voyagent dans les containers sur les cargos, avions, ou transports de marchandises, avec des espèces animales (singes, oiseaux, bétail) végétales ou de simples marchandises (exemple connu des pneus).


    À ce titre, les espèces de moustiques qui peuvent se mettre en sommeil et supporter des températures plus fraîches sont particulièrement disposées à conquérir de nouvelles zones géographiques, comme c’est le cas pour le moustique tigre.


    Pour rappel, la quasi-totalité de maladies transmises par le moustique n’est pas contagieuse entre êtres humains, à quelques rares exceptions (greffe d’organes, transfusion sanguine, et contacts sexuels dans le cas du Chikungunya).

    Qu'est-ce qu'une zone à risque de moustique ?

    Une zone à risque de maladie est le plus souvent endémique. Elle peut l’être depuis des années, des mois ou des semaines, voire quelques jours (au début d’une épidémie).


    Mais elle peut également ne pas être une zone endémique, mais une zone temporaire ou récente de présence d'un moustique vecteur de maladie particulièrement virulent.


    Par exemple, un chantier de déforestation en zone tropicale pourrait ne pas être situé dans une zone endémique, mais être une zone à risque.


    C’est une zone dans laquelle une épidémie avec de nombreux cas s’est déclarée, ou les vecteurs sont bien installés.


    Plus l’exposition au moustique sera longue et non protégée dans des zones à risque, plus le risque de contracter une maladie sera élevé. Il serait donc déraisonnable de ne pas prendre de mesures particulières pour se protéger :

    • vaccination lorsque cela est possible
    • traitement préventif (contre le Paludisme)
    • protection individuelle avec des produits répulsifs
    • utilisation de moustiquaires
    • éviter de rester plus longtemps que nécessaire dans la région concernée afin de s’exposer le moins possible
    • les enfants, femmes enceintes, personnes fragiles (immunodéprimées) doivent éviter de voyager dans les zones à risque sauf impérieuse nécessité
    • continuer à se protéger contre les moustiques au moins 15 jours après le retour (pour éviter d'importer l'Arbovirus avec soi) et consulter un médecin aux premiers symptômes anormaux

    Les zones à risque le sont-elles vraiment pour tout le monde ?


    Oui. Les moustiques sont absolument impartiaux lorsqu'ils choisissent leur repas. Le moustique ne fait effectivement aucune différence : âge, taille, sexe, état de santé général... toute personne à sa portée est une cible de choix. Même si les conséquences, symptômes et séquelles sont plus importants chez les jeunes enfants, les femmes enceintes ou les personnes fragilisées par un système immunitaire défaillant ou une autre maladie, le risque est le même pour tout le monde, résidents permanents ou visiteurs occasionnels.

    Des produits adaptés aux âges (enfants et seniors), et aux conditions des personnes (femmes enceintes) sont disponibles, avec un dosage adapté.


    Pennsez aux enfants qui font la sieste et protégez-les  sous une moustiquaire imprégnée, de jour comme de nuit.

    Pensez à protéger vos petits compagnons

    N’oubliez pas non plus vos animaux domestiques ! La plupart des moustiques qui s’en prennent ou mammifères ou vertébrés s’attaqueront également aux chiens, chats, NAC, ainsi qu’au bétail, aux chevaux, aux animaux d’élevage, etc.

    Quelles sont les saisons à risque, pendant lesquelles ne pas voyager pour éviter les moustiques ?


    Les observations entomologiques veulent que le moustique soit plus actif à la saison des pluies. C'est en partie vrai mais ce qui rend le moustique tigre si extraordinaire, c'est qu'il est capable de s’adapter à tout.

    Temps sec ou humide, saison des pluies ou sécheresse, températures élevées ou climats tempérés, les espèces tropicales se sont adaptées à une vitesse prodigieuse à toutes les conditions climatiques, à la déforestation, au froid et au manque d’eau.

    Les moustiques pondent, se reproduisent et chassent (donc mordent) par tous les temps, en toute saison.

    Et pour mettre un terme à une autre croyance populaire : si les moustiques ont la réputation d’être plutôt des chasseurs nocturnes, les espèces de moustiques véritablement dangereuses chassent aussi le jour ! Donc de jour ou de nuit, en zone exposée, utilisez des répulsifs et protections contre les moustiques adaptés.

    Où suis-je certain(e) de ne pas trouver de moustiques ?


    Pour celui ou celle qui déteste les moustiques au point de chercher à s’installer dans un pays où il n’y en a aucun, seules deux options sont possibles :

    moustique de glace

    Le Pôle Sud (Antarctique)
    L’Islande


    Dans le Pôle Sud, en Antarctique, les conditions sont trop dures, même pour un moustique capable d’hiberner ou de s’adapter (il y a de limites aux prodiges de la nature). Il ne pourra pas survivre longtemps, ni a fortiori se reproduire.

    Il existe bien des insectes en Antarctique, la "mouche de l'Antarctique" mais c'est un parasite non volant, qui vit dans la glace et qui est non hématophage (elle ne vous mordra pas).

    mouche de l'arctique

    En Islande, il existe de moucherons, mais pas de moustiques. Les entomologistes ont du mal à expliquer encore pourquoi. La meilleure explication scientifique à ce jour serait que la composition chimique de l’eau et de la terre maintiendrait les moustiques à l’extérieur du pays.


    Mais le tourisme avançant à vitesse exponentielle en Islande, le moustique ne tardera pas à arriver...

      Rappel : le site anti-moustique.net s'efforce de donner les meilleurs informations possibles sur des sujets médicaux. Cependant nous ne donnons pas de conseils médicaux. Un professionnel de santé est mieux à même de vous fournir un avis médical. Pour plus d’informations voir nos CGU.

      En savoir plus sur le moustique :


      Facebook126
      Twitter84