Méningo-encéphalites : Encéphalite Japonaise et Méningo-encéphalite à tique

méningo encéphalite

Les arbovirus, transmis par des vecteurs tels que le moustique ou la tique, peuvent engendrer de nombreux symptômes. Parmi ces symptômes, la méningo-encéphalite peut être mortelle jusqu'à  une proportion d'un tiers des cas.

À défaut d'être mortelle, la méningo-encéphalite virale, que ce soit la Méningo-encéphalite à tique ou l' Encéphalite japonaise, laisse de graves séquelles neurologiques, à vie.

Définition de la méningo-encéphalite

méningite encéphalite
  • L’encéphale désigne le cerveau.
  • Il est entouré de trois enveloppes qui le protègent et l’alimentent : ce sont les méninges.
  • L’encéphalite désigne l’inflammation ou l’infection du cerveau.
  • La méningite désigne l’inflammation ou l’infection des méninges.
  • Lorsque les deux sont atteints (cerveau et méninges), on a affaire à une méningo-encéphalite.

Elle est infectieuse lorsqu’il y a présence d’un virus.

La méningo-encéphalite virale est plus fréquente, mais moins grave que la méningite bactérienne (sauf dans le cas de la méningo-encéphalite herpétique qui laisse de très graves séquelles et affiche une morbidité plus importante).

La méningo-encéphalite porte plusieurs sortes de symptômes, selon son origine et sa catégorie, et dans les cas les plus extrêmes, le cerveau gonfle dans la boîte crânienne, qui le comprime, et il finit par d’écraser contre le trou occipital à la base du crâne (la seule issue possible pour le cerveau sous pression). Le cerveau meurt, et avec lui le malade.

Le diagnostic de la méningo-encéphalite à tiques est confirmé par un scanner ou IRM qui montrent un œdème cérébral, ou une ponction lombaire qui révélera la présence de liquide céphalo-rachidien dans la moelle épinière. Le bilan sanguin de la méningite a également valeur diagnostique.

La mortalité des méningo-encéphalites adulte dépend d’une série de facteurs, mais surtout de la charge virale (densité des virus dans le sang), et du terrain génétique. La méningo-encéphalite infantile a une mortalité beaucoup plus importante.

La méningo-encéphalite du chien

Comme chez l’humain, la méningo encéphalite du chien peut être d’origine bactérienne ou virale, et entraîne un pronostic viral réservé.

Il peut s’agir d’une méningo-encéphalite granulomateuse, nécrosante, infectieuse ou non. Elle concerne généralement les petits chiens, mais n’est pas inexistante chez les grandes races.

Les signes cliniques sont une démarche anormale, un port de tête penché, une oscillation rapide, involontaire et saccadée des yeux et des crises d’épilepsie.

Les principales méningo-encéphalites virales

Une méningo-encéphalite peut être bactérienne ou virale.

ME virales :

La méningo-encéphalite herpétique est la plus répandue des ME virales, mais il existe également dans les déclencheurs de ME :

• La méningo-encéphalite par entérovirus (poliomyélite, herpangine, syndrome pieds-mains-bouche et maladie de Bornholm)
• Les myxovirus et paramyxovirus (grippe, rougeole, oreillons)
Les arbovirus (méningo-encéphalite à tiques, fièvre de la vallée du Rift, West Nile, encéphalite japonaise)
• Le VIH

Les arbovirus ayant une sorte de prédilection naturelle pour le système nerveux central, les encéphalites sont fréquemment liées aux virus transmis par le moustique ou la tique.

zoonose



ME bactériologiques :

Les méningites chroniques ou modérées peuvent survenir suite à la maladie de Lyme. Il s’agit alors de méningo-encéphalites bactériologiques, qui surviennent en phase secondaire de la maladie.


ME parasitaires:

Les méningo-encéphalites peuvent également être dues à des parasites, comme la toxoplasmose, la cysticercose, la trypanosomiase…

Elles se produisent également des suites d’un accès palustre pernicieux. C’est alors une méningo-encéphalite parasitaire due à Plasmodium falciparum.

Les méningo-encéphalites liées aux arbovirus

Dans les cas de méningo-encéphalites causées par des arbovirus (virus transmis par un moustique ou une tique), on distingue essentiellement :

1

2

3

4

Encéphalite japonaise

Méningo-encéphalite à tiques

Méningo-encéphalite virale faisant suite à un accès palustre

Méningo-encéphalite bactérienne faisant suite à la Maladie de Lyme

  • Encéphalite japonaise
  • Méningo-encéphalite à tique
encéphalite japonaise

L’Encéphalite japonaise, ou Encéphalite B


C’est une infection virale récente, potentiellement mortelle, et qui dépasse désormais les frontières de la campagne japonaise pour toucher les villes de 24 pays et un potentiel de 3 milliards de victimes : Australie, Bangladesh, Bhoutan, Brunei, Cambodge, Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Inde, Indonésie, Japon, Laos, Malaisie, Myanmar, Népal, Îles du Pacifique occidental, Pakistan, Papouasie Nouvelle- Guinée, Philippines, Russie, Sri Lanka, Taïwan, Thaïlande, Timor oriental et Viêt Nam.

Le virus responsable est apparenté à celui de la Dengue, et ressemble à ceux de la Fièvre jaune et de la Fièvre du Nil occidental. L’Encéphalite japonaise fait entre 30 et 50 000 cas chaque année, malgré l’existence d’un vaccin. 

On craint que l'Encéphalite japonaise ne se développe rapidement, car le moustique responsable, le Culex, est une espèce très commune.

  • Incubation : en 5 à 15 jours
  • Violents symptômes grippaux
  • Signes neurologiques d’encéphalite entre le 10e et le 14e jour.
  • La convalescence est longue

1/3 des malades se remettent complètement, 
1/3 gardent de lourdes séquelles neurologiques,
et 1/3 décèdent.

Dangerosité

Taux de mortalité jusqu'à 30 %
1ère cause d'encéphalite infantile en Asie (Encéphalite japonaise)
Les méningo-encéphalite laissent des séquelles graves, à vie, dans plus d'1/3 des cas.

Statut et Activité

Actives - Maladies émergentes

Cas déclarés

Encéphalite japonaise : 
68 000 cas par an

Méningo-encéphalite à tiques : 
10 à 12 000 cas par an

Principales épidémies enregistrées

Encéphalite japonaise

  • Japon (1930)
  • Taïwan (1960)
  • Thailande (1980)

Méningo-encéphalite à tique

  • URSS (1934)
  • Europe du Nord (depuis 2014)

Origines et zones à risques

carte encéphalite japonaise

Zone à risque d'Encéphalite japonaise B

carte zone a risque méningo encéphalite tique

Zone à risque de Méningo-encéphalite à tique

Les symptômes de la méningo-encéphalite

  • Syndrome méningé
    Céphalées
    Vomissements
    Raideur méningée (contracture des muscles paravertébraux)
    Résistance invincible et douloureuse de la nuque
    Réflexes ostéotendineux vifs
  • Céphalées constantes, intenses et précoces
    Non soulagées par les antalgiques
    Photophobie
    Phonophobie
  • Troubles neurologiques
    Troubles de la conscience
    Syndrome confusionnel
    Troubles comportementaux
    Déficit moteur (mono ou hémiplégie)
    Aphasie
    Mouvements anormaux
    Crises épileptiques partielles
  • Syndrome infectieux
    Fièvre
    Frissons
    Sueurs
    Myalgies
    Infection urinaire
    Atteinte digestive (diarrhées)
  • Atteinte cardiaque
    Irrégularité du pouls, de la pression artérielle 
  • Pneumopathie
  • Éruption cutanée
  • Chez le nourrisson
    Plaintes
    Cris pendant les mouvements
    Modifications du comportement
    Somnolence inhabituelle
    Agitation
    Refus de s’alimenter
    Convulsions fébriles
    Hypotonie axiale

Traitement de la Méningo-encéphalite

Le traitement de la méningo-encéphalite se fait impérativement en milieu hospitalier, parfois en isolement infectieux et en urgence (selon l'origine virale).

1. Traitement symptomatique

Dans le cas des méningites virales (en dehors de la méningo-encéphalite herpétique), on traitera surtout les symptômes.

On administre au malade des antipyrétiques (contre la fièvre et les inflammations), des antalgiques, d’ éventuels traitements antiépileptiques.

Séquelles de la méningo-encéphalite

  • Troubles de la mémoire
  • Troubles du langage
  • Troubles anxiodépressifs et du caractère
  • Lésions cérébrales et cognitives
  • Lésions physiques (paralysie totale ou partielle)
  • Épilepsie

2. Vaccins

  • Le vaccin Ixiaro contre l'Encéphalite japonaise est disponible en France, mais non remboursé. Il est conseillé aux voyageurs et travailleurs des zones agricoles et forestières ainsi qu’aux enfants de plus de 2 mois (l’encéphalite japonaise survient principalement chez les jeunes enfants résidant proches des rizières).
  • Les vaccins Encepur ou Ticovac contre la Méningo-encéphalite à tique sont disponibles en France, pour les voyageurs se rendant dans des zones rurales d’endémie.
question

FAQ sur le virus

Comment se protéger contre la tique ?

La prévention individuelle contre les morsures de tique :

  • Éviter les zones où les tiques sont abondantes du printemps à l’automne
  • Porter des vêtements longs et clairs pour pouvoir localiser les tiques plus facilement 
  •  Utiliser des répulsifs sur la peau et des insecticides sur les vêtements
  • Porter des chaussures montantes fermées et des chaussettes dont le haut recouvre le bas du pantalon
  • S’examiner soigneusement en rentrant de randonnée et extraire les tiques fixées sur la peau
  • Surveiller l’évolution des points de morsure et l’apparition de symptômes
  • Chez vous : coupez l’herbe, éliminez les feuilles mortes, bouchez les creux et interstices dans les planchers, inspectez les animaux au retour d’une sortie, traitez les lieux d’élevage avec des produits spécifiques, empêchez l’installation de rongeurs dans et aux abords de la maison.

Peut-on craindre une contagion de méningo-encéphalite ? 

Il est assez difficile de répondre à cette question autrement que par : tout dépend de l'origine virale de la méningo-encéphalite. Les encéphalites  et méningites causées par des maladies virales (comme la rougeole, varicelle, etc.) sont contagieuses et il faut s'en protéger. Le patient est souvent mis en isolement.


Les méningo-encéphalites herpétiques, bactériennes et fongiques sont également contagieuses.


L’encéphalite japonaise n’est pas contagieuse, ni la méningo-encéphalite à tique. Il n’y a pas de transmission du virus de personne à personne.


Il est en revanche possible de contracter la méningo-encéphalite à tique en absorbant du lait cru issu d'un animal porteur (ou de la mère à l'enfant allaité).


La forme de contagion dépend du virus en cause.

Comment retirer une tique ?

pince à tique

Il est impératif de retirer sans attendre une tique fichée dans la peau, car le risque de contamination pathogène augmente avec la durée du contact. 


Utilisez un crochet à tiques vendu en pharmacie pour permet saisir la tique sans la comprimer puis retirez-la en tournant lentement jusqu'à ce qu'elle se décroche. Attention à ne pas l'arracher ou compresser son abdomen : elle pourrait régurgiter de la salive infectée. Évitez d'appliquer un produit pour 'l'endormir". En réaction de défense elle  risque de régurgiter sa salive.


Une fois la tique retirée, extrayez à l'endroit de la morsure une goutte de lymphe ou de sang et bien désinfecter.


Surveillez ensuite le point de morsure pendant au moins 3 semaines. Si un érythème migrant apparaît, ou la survenue d'un état grippal, consultez sans tarder !

erytheme migrant

Rappel : le site anti-moustique.net s'efforce de donner les meilleurs informations possibles sur des sujets médicaux. Cependant nous ne donnons pas de conseils médicaux. Un professionnel de santé est mieux à même de vous fournir un avis médical. Pour plus d’informations voir nos CGU.

En savoir plus sur le moustique :


Méningo-encéphalites : Encéphalite Japonaise et Méningo-encéphalite à tique
4.5 (90.53%) 19 vote[s]
Partager :